CONTACT

MENU

Forfait urgences : un nouvel obstacle aux soins

Les politiques d’austérité néolibérales préconisent la privatisation du système de santé, par la démolition de l’hôpital public et de tout le tissu social !

La mise en place d’un forfait payant pour les passages aux urgences sans hospitalisation est un véritable scandale. Cette disposition marque un nouveau recul pour l’accès aux au droit à la santé dans un contexte de crise sanitaire et d’explosion de la pauvreté.
Alors que toute notre attention est fixée sur la capacité de notre système de santé à absorber le choc de l’épidémie de coronavirus, le pro-jet de loi de financement de la Sécurité sociale de 2021(PLFSS), présenté début octobre, prévoit plus de 800 millions d’euros d’économie sur l’hôpital.
Une mesure punitive
Parmi les mesures préconisées, le gouvernement envisage, sans concertation, la création d’une « participation », au «montant forfaitaire » pour chaque passage aux urgences dès lors que celui-ci ne serait pas suivi d’une hospitalisation. Ce forfait, à peine détaillé dans le PLFSS 2021, devrait impacter 80% des patients qui passent par les urgences. Il remplacera l’actuel ticket modérateur laissant à la charge du patient 20 % du coût de ses soins qui seront pris en charge par la complémentaire de santé… enfin pour ceux qui en ont une.
Double peine
Pour les 5% de français qui n’ont pas de complémentaire santé (soit plus de 3 millions de français), cette décision risque d’aggraver un peu plus le renoncement aux soins. Compensant souvent les insuffisances de la médecine de ville, les urgences hospitalières étaient, jusqu’alors, la garantie d’être soigné quelques soient ses moyens. Cette disposition crée un nouvel obstacle à l’accès aux soins et rogne un peu plus sur le principe de solidarité de la Sécurité sociale.
Mauvaise réponse à un vrai problème
Mais les malades ne peuvent être rendus responsables du manque de médecins de ville ou de recours possibles à des soins de proximité qui les obligent à se rendre dans les services d’urgence. De plus un grand nombre de nos concitoyens, devant cette difficulté d’accès aux soins, vont renoncer à se soigner ce qui entrainera de toutes évidences du mal au mal déjà bien présent
C’est pourquoi, pour la MGA, le gouvernement doit retirer ce projet scandaleux.